Avis aux entreprises du Canada, une nouvelle arnaque… non.

https://morguefile.com/creative/hrustall/1/all

Je ne la connaissais simplement pas. J’ai reçu un courriel directement à mon travail, tout laissait croire à une approche sincère. Une entreprise d’Angleterre veut enregistrer le nom de l’entreprise ainsi que les mots-clefs se reliant avec centretypo.cn, centretypo.com.cn, centretypo.net.cn, centretypo.org.cn et qu’ils croient que cette entreprise ne devrait pas avoir le droit de le faire avant nous. Je leur ai répondu, que nous avions rien à voir avec cette entreprise et que les adresses URLs n’avaient aucune importance pour nous.

Je croyais que c’était fini et classé, mais non, j’ai reçu un nouveau courriel. C’est là que j’ai tout compris. Ils indiquent qu’ils ont répondu à l’autre entreprise, celle d’Angleterre, que ces noms n’avaient aucun lien avec leur entreprise. BIN, OUI, je vends des noms mais pas à eux, car c’est toi qui dois les acheter, c’est ton nom… sérieux. C’est là que je me suis dit, c’est qui l’autre entreprise? Avec très peu de recherche j’ai trouvé cette entreprise d’Angleterre qui est dissoute depuis août 2013 (registre gov.uk)

La pression psychologique (traduit et adapté du site français de France)
Cette technique de pourriel est plus subtile car un contact direct a lieu entre l’entreprise et le polluposteur. Celui-ci, va indiquer à l’entreprise qu’une personne s’apprête à acheter un nom de domaine se rapprochant du sien. Il propose ensuite à l’entreprise de se procurer les noms de domaine en question. Cette action qui peut dans certains cas s’avérer stratégique pour l’entreprise est tout de même considérée comme de l’arnaque pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que les polluposteurs met la pression aux entreprises en les poussant à prendre une décision rapide. De plus, les prix de ces noms de domaine sont très élevés et dépassent leur coût réel.

Il est possible de voir d’autre version sur le site « hoax-slayer » (en anglais, traduit avec Google)

Voici le deuxième pourriel que j’ai reçu, pour votre bon plaisir. Même si selon le texte au bas je n’ai pas le droit d’utiliser celui-ci  =OP