Carte d’affaires – visite

Les informations contenus dans ce texte font partie des bases du graphisme et de la typographie. Certaines des informations qui suivent peuvent être utiles pour d’autres documents que vous voudriez préparer.

Quoi mettre dessus ?

C’est une carte, pas un roman et il me semble que cela ne soit pas nécessairement bon d’avoir son curriculum vitae sur une carte, surtout si vous avez un bon bagage d’expérience. Restez le plus simple possible et direct.

Le logo et nom de l’entreprise devraient respirer malgré toutes les informations. Votre nom, formation et les façons faciles de vous rejoindre devraient être les informations à apparaitre sur votre carte. Gardez à l’esprit que cela risque d’être monsieur et madame tous le monde à qui vous aurez surement donné votre carte. Un numéro de téléphone ou cellulaire restera toujours le meilleur choix. Une adresse courriel facile à retenir, de préférence avec en lien avec votre propre nom de domaine (url). Si vous avez une page Facebook, arrangez vous pour avoir une adresse simple et sans fautes, car une adresse du style https://www.facebook.com/estitique_linda-265530667493641939 (adresse fictive) à des chances de faire peur à votre clientèle et si la personne est assez courageuse pour la retaper, elle risque de se tromper et de ne pas trouver votre page… simple, gardez cela simple. De plus Facebook® maintenant permet d’utiliser son raccourci, exemple : www.fb.com/ietPt.
Pour finir sur ce point, si vous avez une clientèle à téléphone intelligent, un code QR est une bonne façon de réduire les risques d’erreurs de transcription des informations.

estitique_bimbo

Quelles fontes utiliser ?

Tous les gouts sont dans la nature, ceci dit, il y a quand même certaines choses qui ne devraient pas être fait avec la typographie de votre carte d’affaires. Soyez en «business», les fontes (polices de caractère) de style scripte sont souvent difficiles à lire dans une grandeur inférieure à 14 points. Dans certain cas, elles peuvent très bien servir pour le nom de l’entreprise, mais ce n’est pas toujours une bonne idée. Il est conseillé dans les cours de graphisme et certain site internet de ne pas utiliser plus de trois familles de fontes, je préfère me limiter à deux, car la plupart des fontes ont plusieurs styles de caractères ; fin, léger, romain, gras, extra gras, italique, condensé … sans oublier les styles jumelés et j’en passe. Ceci dit, il est préférable d’utiliser un seul style pour les informations générales et un autre pour faire ressortir un texte important, attention de ne pas donner le premier plan à autre chose que votre nom et téléphone. L’alignements des textes de votre carte d’affaires n’est pas à négliger non plus, il est souvent celui qui guide l’œil vers vos informations pertinentes.

Quelles images
et couleurs
prendre ?

Une image vaut mille mots, puis il y a mille et une images de disponibles pour chaque projet. L’image utilisé devrait être un reflet de la nature du commercer et ne pas confondre le lecteur. Les visuels devrait très explicite et sans ambigüité. Il est aussi important d’avoir une image avec le bon nombre de pixels par pouce pour votre impression. Pour du numérique, vous devez utiliser un minimum 120 pixels par pouce, mais pour un meilleur résultat visez 150 pixels par pouce. Une image pour couvrir le fond complet d’une carte d’affaires avec marges perdues (3.5 po x 2 po. + marges = 3.75 po. x 2.25 po.) devrait mesurer 563 pixels x 338 pixels, pour l’offset doublé le nombre de pixel par pouce. Une règle de base de la manipulation d’image est de ne pas agrandir celle-ci, vous pourriez avoir de la pixellisation – effet d’escalier dans les courbes.

Le choix de couleurs restent encore personnel, un conseil cependant, un contraste fort est préférable pour la lecture d’un texte. Une erreur que je vois se répéter depuis plus de trente ans et souvent l’utilisation du jaune sur un fond blanc, ce n’est vraiment pas fort dans tous les sens du mot, mais c’est un choix.

gamut_french pantone_vs_cmyk

– cliquez l’image pour l’agrandir –

Si vous désirez utiliser des couleurs Pantone®, je vous suggère de faire affaire avec quelqu’un qui connait l’impression offset et le chevauchement des couleurs (trapping*). Car utiliser une couleur dite «spot» pour de l’impression en quatre couleurs est fréquemment une perte de temps, surtout que votre couleur interprétée par ce type de reproduction risque d’être complètement différente que le résultat désiré (voir visuels). De plus, ne jamais choisir une couleur Pantone® à l’écran, vous devriez le faire sur un charte imprimé, car la couleur que vous percevez à votre écran n’est surement pas la même chez l’imprimeur et risque d’être loin de celle de la charte Pantone®. Pour terminer sur ce mode d’impression, vous avez la possibilité de choisir une couleur avec une pigmentation métallique ou même un vernis glacée ou mat.

gabarit 
Quelles marges et format pour la carte d’affaires ?

En principe le texte devrait avoir une marge d’au moins d’un huitième de pouce (0.125″) du bord de la carte. De nos jours, l’impression des cartes se fait fréquemment en numérique et la qualité de régistration des imprimantes varie de beaucoup. D’aller avec des marges plus petites vous risquez de voir votre texte dans la mire de la lame sur la guillotine. La plupart des centres d’impression devraient vous le dire avant l’impression, car ils ne veulent pas être tenus responsable et de devoir reprendre le travail gratuitement, d’un autre côté vous feriez la même chose si les rôles étaient inversés. À la base, une carte d’affaires au Québec est au format impérial de trois pouces et demi par deux (3.5po. x 2po.) à l’horizontal. À partir de ce format, vous pouvez faire des variantes en doublant la largeur ou la longueur pour faire des cartes pliantes à l’horizontal ou vertical. Si votre budget vous le permet, vous pourriez aussi avoir une coupe spécial (à l’emporte pièce, «die cut» : images Google). Pour terminer sur ce point, fournissez un documents PDF final a votre imprimeur et si possible avec les marques de coupes et les marges perdues à huitième de pouce (0.125po.) à l’extérieur des coupes, si vous en avez utilisés.

Téléchargez le gabarit avec lequel vous voulez travailler (.zip)

Horizontal: Vertical:
photoshop.png photoshop.psd ai.eps word.docx word.docx

Notez que nous n’avons pas créé de versions horizontales pour les documents du format image et vectorielle, vous n’avez qu’à faire une rotation de 90o. De plus, le png et psd sont déjà à la bonne résolution pour aller en offset. N’oubliez pas de sauvegarder vos documents finaux en PDF en incluant les fontes, s’il y en a.

Offset ou numérique, c’est quoi la différence ?

Vous avez un choix à faire pour le genre d’impression que vous voulez. Souvent le budget et le délai sont des obstacles à l’impression offset, sans oublier la quantité. L’impression offset est fait sur une presse avec de l’encre avec le pigment désiré, nous parlons souvent d’une couleur Pantone®, et/ou des vernis mats ou glacés. Parmi les couleurs de Pantone® il y a aussi les couleur de type métallique comme l’or, l’argent et le bronze. Des couleurs que ne sont pas possible de recréer avec les imprimantes de type numérique en quatre couleurs (CMJN: Cyan, Magenta, Jaune et Noir / CMYK*). Pour en conclure avec l’impression offset, la longévité des cartes d’affaires dans un portefeuille sera beaucoup plus longue. L’impression numérique vous permet de recevoir un petit nombre de cartes et ce dans un délai très court, même que certain centre d’impression vous offre un service même jour. La majorité des imprimantes numérique fonctionnent avec des toners à couleurs primaires d’impression (CMYK*) qui vous permet d’avoir des images ou photos tel qu’un magasine.

Quel carton ?

Selon votre centre d’impression et la qualité de leur équipement, votre choix de carton peut varier énormément. La base de la majorité des imprimeurs utilise un carton d’une épaisseur de 10 points, selon la sorte et le moulin, sa rigidité risque d’être faible. Pour un carton plus rigide, sans aller dans du trop épais, un calibre de 12 points ou 14 points fait un travail plus qu’acceptable. Pour les gens qui aime ça vraiment épais, tellement que ça ne se pli pas et n’entre plus dans mon portefeuille, il y a du 16 points. Disons que ce dernier est type de carton n’est vraiment pas fait pour n’importe quel projet, un bon jugement est nécessaire. Ici, je ne parlerais pas des finis glacés, veloutés ou mats, c’est un choix personnel et aussi de restriction technologique a voir avec votre fournisseur.

* Du parlé Québécois : «business card», «Cyan, Magenta, Yellow and blaK».